MENU

Les comptes rendus de service



Les gendarmes sont des gens responsables.

Ils font un travail ingrat qui n'est pas toujours reconnu à sa juste valeur.

Que les civils puissent douter, lorsque qu'ils voient deux gendarmes se "promener" dans la campagne (ou en ville), de la qualité du service rendu, passe encore.

Par contre, si la hiérarchie n'est pas sûre du travail que ses personnels effectuent, c'est qu'il y a un malaise.

Lorsque deux inspecteurs (pardon officiers de police) reviennent d'une mission, ils rendent compte verbalement à leur patron des opérations qu'ils ont effectuées. A la limite, ils inscrivent quelques mots sur leur "main courante".

Les actions ou procédures qu'ils ont établies prouveront qu'ils n'ont pas passé la journée à "glander".

Le gendarme part en mission avec un imprimé nommé Bulletin de Service.

Ce B.S. est établi, au départ, par le Commandant de Brigade qui mettra bien cinq minutes pour élaborer ses Ordres Spéciaux. Au retour, le chef de patrouille passera 10 bonnes minutes à remplir l'imprimé, cherchant à justifier le temps passé à traiter une affaire ou à rechercher un renseignement auprès de la population.

5 minutes + 10minutes * 2 sorties journalières * 2 gendarmes chef de patrouille * 3600 brigades = 3600 heures perdues en moyenne chaque jour pour l'ensemble du pays!

A seulement 50,00 francs de l'heure cela fait tout de même 180.000,00 francs pour satisfaire la curiosité mal placée de la hiérarchie durant seulement une journée.

En multipliant par 365 jours, on arrive facilement au budget d'une commune de belle importance.

Allo, la Cour des Comptes...

SUITE