MENU


La rencontre



Lorsqu'une affaire judiciaire dépasse par sa complexité les moyens de la brigade territoriale (B.T.), celle ci fait appel aux personnels de la Brigade de Recherches (B.R.) Il s'agit d'une unité, installée au chef lieu du département qui prête son concours à toutes les B.T. du département.

Dans ma première brigade l'assistance de la B.R. a été demandé à plusieurs reprises pour diverses affaires.

Le B.R. de D. était commandée par un petit M.D.L.Chef un peu plus âgé que moi mais beaucoup plus ancien, ne payant pas de mine mais d'une intelligence hors du commun, avec lequel j'ai tout de suite sympathisé.

Il était connu et détesté de la plupart des policiers de France pour avoir fait inculper de corruption un commissaire de police renommé.

Il tapait à la machine aussi mal qu'il parlait mais quelles procédures!

Au début de l'année 1972, il m'a demandé si cela m'intéresserait de travailler dans sa brigade à D. J'ai aussitôt accepté. Faites une demande de mutation, il va y avoir une place m'a t'il dit.

Afin de respecter le réglement (il faut trois ans de présence dans une brigade avant de solliciter une mutation) je n'ai pas établi ma demande tout de suite. Début novembre le chef me rappelle et me dit "vous êtes muté le 16 novembre, faites immédiatement votre demande".

Ce diable d'homme pouvait choisir les gendarmes qui travaillaient avec lui.

NOTE POUR LES CIVILS : Les mutations sont prononcées par le Commandant de Légion de Gendarmerie sans tenir compte, en général, de l'avis des C.B. (Commandants de Brigade)

J'ai quitté, sans trop de regrets la brigade de B.

Vous dites, si cela ne vous plait pas!