MENU


Le départ de la brigade de U.



Je suis inscrit au tableau d'avancement pour le grade d'adjudant.

Encore une fois je vais être muté dans une autre brigade car il n'est encore pas question de laisser un adjudant commander une brigade à 6 gendarmes.

NOTE : Actuellement presque toute les brigades ont, au moins, un adjudant à leur tête.

Les élections de 1981 nous ont donné un nouveau président et un ministre de la défense fils de gendarme.

Je ne sais toujours pas où je vais être muté et le mois de septembre approche.

A la Légion, le chef du bureau du personnel, le major T. dit tout ignorer des postes à pourvoir.

C'est alors qu'un de mes anciens gendarme, actuellement au PSIG de L. (département voisin), m'annonce que je serai affecté à la B.R. de R. C'est son patron qui en a parlé au cours d'une réunion de cadres.

Je téléphone aussitôt au major T. en évoquant le dérangement que pourrait provoquer une intervention de ma part, auprès de M. HERNU, pour une affaire aussi bénigne. Je lui demande fermement confirmation de cette mutation.

Il me rappelle une heure plus tard, levant le "secret défense" qui semblait planer sur ma nomination.

Je suis muté le 1er octobre comme C.B. à la B.R. de R.

Mon Colonel me laissera entendre, lorsque je lui ferai mes adieux, que le Maire de U. est satisfait de voir arriver un autre chef de Brigade dans sa commune... Il sera tout de même impliqué quelques années plus tard dans une curieuse affaire de détournement de fonds publics.